' RHIN et DANUBE ' - Anciens de la Première Armée Française du Département de l' Yonne

Préfecture de l' Yonne n° 3549

 


==============================================================================
 
plaque Morvan


L' Histoire du  1er Régiment du Morvan

Le 4 Septembre 1944 , le département de l' Yonne est entièrement libéré par la Résistance , à l'exception du Sénonais où la Résistance reçut l' aide de la 3ème Armée Américaine du Général Patton, mais la guerre continue; quelques jours plus tard des éléments de la 1ère Armée Française font jonction avec des éléments de la 3ème Armée Amércicaine en Bourgogne.

 Le 25 Septembre sur ordre du Colonel Inspecteur Général des F.F.I. de la 1ère Armée Française; il est décidé la formation du 1er Régiment du Morvan , il est composé des éléments d'une partie des maquis F.F.I. de l' Yonne, de la Nièvre, et même du Cher, auxquels s' étaient joints de nombreux patriotes bien décidés à participer à la libération du territoire national.

Ce régiment est placé sous le commandement du Lieutenant-colonel SADOUL (CHEVRIER dans la résistance); il comprend quatre bataillons de 500 hommes, plus sa compagnie Hors Rang, le 1er Bataillon (maquis Breval, maquis Merry-Vaux de la Puisaye), 2ème et 4ème bataillon (maquis des Isles Ménéfrier), 3ème bataillon (maquis FTP de la Nièvre et des bords du Cher). A noter que les régiments de la 1ère Armée Française comprenaient ordinairement 3 bataillons;  compte tenu de l' importance des effectifs recrutés, le régiment du Morvan en comptera 4.

Dès le 1er Octobre, le régiment se met en route pour rejoindre la 1ère Armée, il se rassemble dans la région N.E. de DIJON, puis est dirigé au sud de Besançon où il est mis à la disposition de la 1ère Division d' Infanterie motorisée du Général BROSSET (1ère DFL) du 10 Octobre au 19 Novembre 1944, ses bataillons sont dispersés dans les différentes brigades de la 1ère D.I.M.

Le 19 Novembre 1944 , le régiment est rassemblé sous le commandement du Colonel CHEVRIER-SADOUL, et mis à la disposition de la 3ère Division Alpine (3ème DIA) du Général GUILLAUME, pour tenir un secteur tactique, dans la région du Ballon de SERVANCE et la vallée de la Moselle, il se heurtera à une résistance farouche de l'ennemi et subira des pertes sensibles, en particulier le 1er Bataillon. Dans la nuit du 1er au 2 Décembre, le régiment pénétre en Alsace par la vallée de la Thur (Husseren-Malsmerbach-Ranspach-St Amarin- Moosch). Les allemands s' accrochent et entendent tenir sur les pentes nord de la vallée.

Le 25 Décembre , le colonel CHEVRIER est blessé et évacué, il sera remplacé à la tête du régiment par le colonel DINFREVILLE du 3ème R.T.A. puis par le commandant GIRARD de la 4ème D.M.M. et enfin par le commandant MONTGAUD des tabors marocains.

Les positions alsaciennes seront tenues par le Régiment jusqu'au 4 Février 1945, date à laquelle les allemands dont contraints d' évacuer le poche des Vosges , le 1er Régiment du Morvan continuera à les harceler dans leur retraite jusqu'au 1er Mars 1945.

A noter qu' au 4 Février , le régiment ne comptera plus que deux bataillons, en effet du 10 Octobre 1944 à ce jour, le régiment n' a pas eu un jour de repos, a subi de lourdes pertes, de 500 hommes par batailllon au départ, il n'en comptabilisera plus que 250 à 300 en Février.

Dissous le 1er Mars 1945, le 1er Régiment du Morvan contribuera par fusion avec le 1er Régiment de Franche-Comté, le 1er Régiment de Franche-Comté , le bataillon F.F.I. du Gard et des officiers et sous-officiers desD 1er et 6ème R.T.M. à reconstituer le 27ème régiment d' Infanterie qui sera incorporé à la 4ème Division Marocaine de Montagne en remplacement du 1er R.T.A. dissous.

Le 27ème R.I. poursuivra sa route au bord du Rhin, le franchira dans le secteur de NEUF-BRISACH, pourchassera les troupes allemandes en retraite dans la Forêt Noire, le long du lac de Constance, la capitulation de l' Allemagne nazie le 8 Mai 1945 survient alors que le régiment avance en Autriche dans la région du Vorarlberg, à proximité de la frontière italo-autrichienne.

Telle est l'épopée de ce régiment de l' YONNE.

=============================================================================

Avec la Première Armée (Jacques Herbillon)

Après un certain temps de jours lugubres, la victoire acquise , des fils de 1' Yonne, tiennent à donner quelques nouvelles à leurs compatriotes, du fond de 1' Autriche où la guerre les a menés. Ils veulent ne pas être oubliés et faire savoir leur part de combat sans l'offensive.


Tous, en partie ouvriers ou terriens, maquisards chevronés animés de la même ardeur et du même courage; ils sont partis d' Auxerre le 1er Octobre 1944 pour se joindre à la 1ère Armée, débarquée sur les côtes méditerranéennes; ils formaient à cette époque le 1er Régiment du Morvan. Sa première étape fut la Côte d' Or. Après deux semaines d' exercices à Spoix; ils montaient en ligne en Haute Saône, le vendredi 13 octobre 1944 à Miellin, où les positions de Servance et Presse (près de Belfort) lui furent confiées par la suite. A cette tâche, il s'adonna avec courage. Les F.F.I. avaient gagné la confiance des Africains.


Après l'attaque de Plancher-les-Mines, le " Morvan " continue son avance , refoulant toujours les hordes nazies, il franchit les Vosges malgré de nombreuses mines. Arrivé au Thillot, où avec un régiment de la Légion Etrangère , il prend une large part aux opérations, une fois de plus il gagne la considération des Légionnaires. Les allemands alors se replient et s' apprêtent à résister farouchement. Le temps pluvieux détrempant les chemins de montagne, les petits du Morvan pataugent dans la boue des Vosges, faisant appel à toute leur énergie, font preuve de courage surhumain. Les actes de courage individuels sont innombrables, les mines contribuent pour beaucoup au maintien de 1' ennemi; sa tactique ne change guère, lorsqu'il est sur la défensive. Enfin ils sont obligés de décrocher.

Après de sérieux accrochages, la Moselle est atteinte à la suite de violents efforts, nous entrons à Saint-Maurice-sur-Moselle le 26 Novembre. Un repos de 24 heures est accordé, nous passons à l'attaque le 28, les Allemands sont retranchés dans les cimes boisées (1.100 mètres) Ils ont en leur possession la route des neuf-bois et la ferme du Rouge-gazon. Après un contact rapide de la Sème compagnie, les Allemands révèlent leurs armes automatiques et tiennent en respect notre Sème section, la plus avancée. Nous évaluons les forces ennemies supérieures de beaucoup à notre effectif, malgré tout nous gardons le terrain conquis, les Allemands nous arrosent d'une pluie continue de balles explosives, après deux heures d' immobilisation nous sommes obligés de nous replier, laissant sur le terrain plusieurs camarades d' Auxerre qui furent pour moi particulièrement des amis d'enfance et un certain nombre d'autres de l'Yonne. Dans la nuit du 28 au 29 Novembre, les allemands décrochent avec rapidité emmenant leurs morts avec eux, plus de traces des feldgraus. Nous rentrons en Alsace le 30. La population nous accueille en libérateurs ; seulement l'hiver avance, la neige tombe en abondance et immobilise les " gars de 1' Yonne ", qui sont soutenus par les Corps-Francs Pyrénéens,(Corps Francs Pommiès) formation également F.F.I.; sont réduits pour l'instant à la défensive.

 

Farouchement ils résistent à l'ennemi. Malgré le froid et 1' épaisse couche de neige, leur ardeur se poursuit dans la vallée de Wesserling. A Ranspach, au cours d'une patrouille , la première section de la 6ème compagnie du capitaine Monchanin, ayant à prendre un chalet servant d'observatoire, gravit la montagne après un feu nourri, s'empare de la position, un officier allemand est capturé ainsi que de nombreux hommes fournissant d'utiles renseignements. Saint-Amarin est libéré le 2 Décembre 1944, mais là ,les patrouilles du 1er Bataillon restent impuissantes.
Sitôt la fonte des neiges; les 1er et 4ème bataillons passent à l'attaque . Ils atteignent la route des Crêtes, la route de Guebwiller est ouverte, laissant Thann et Cernay sur sa droite, le " Morvan " monte sur Mulhouse, l'ennemi est en pleine déroute. A Mulhouse, le 1er Mars 1945, le " Morvan " est dissout, fusionnant avec le régiment 'Franche-Comté' il forme le 27ème .RIM.


La garde du Rhin lui est confiée, il prend position sur un terrain miné consciencieusement par l'ennemi, qui, retranché à Vieux Brisach dans des blockhaus, de derrière le Rhin pilonne sans répit nos positions. Notre réplique ne connaît plus de bornes; sous le feu de nos mortiers. Vieux Brisach est en flammes. Notre division la 4ème D.M.M. devant franchir le Rhin le 27ème R.I.M. monte sur Strasbourg, franchit le pont de Kehl le 17 Avril à 19 h 45. La fureur des anciens terroristes est justifiée aux Waffen SS , le 27ème se dirige sur la Forêt Noire.


A Donaueschingen, il est encerclé pendant 3 nuits et 3 jours par les 17ème, 19ème, 24ème divisions de la Wermacht, faisant appel à tout son courage et grâce à la stratégie de ses jeunes officiers du maquis et soutenus par l' aviation, il réduit à néant le 4ème jour à l'aube. L'ennemi composé en partie de SS, la défaite et l'écrasement est total.
L'ennemi essuie des pertes sévères, laissant sur le terrain un matériel considérable, le 27ème R.I. sort presque indemne de l'offensive. Tandis que nous progressons, la cohue des prisonniers allemands ne cesse d' accroître , maison par maison, appuyé par des chars 'destroyer' qui réduisent les derniers nids de résistance, la ville tombe enfin après un combat acharné, définitivement entre nos mains.


L'avance se poursuit et 1' Autriche est franchie? Le 2ème R.I.M. passe la frontière au pont de Bregenz le 1er Mai à 22 heures, la poursuite ne connaît plus de limites; elle se poursuivra irrésistiblement jusqu'à la capitulation totale de 1' Allemagne qui est le 9 Mai.


Le Tyrol est atteint, le capitaine Lintilhac, commandant le 2ème bataillon, reçoit une citation à l'ordre de 1' Armée et la Légion d' Honneur lui est remise par le Général de Gaulle au cours de la revue de la 4ème D.M.M.

=============================================================================

 Le 1er Régiment du Morvan
par René DESCHLER

 

Cette Unité est formée de maquisards de l'Yonne et de la Nièvre
Les maquisards.
Les maquisards de l'Yonne entrent dans Auxerre le 23 Août 1944. Le 4 Septembre , l'Yonne est presque entièrement libérée. Puis la résistance assure diverses missions pour l'Armée Américaine. Les maquisards du Cher et de la Nièvre, les FTP du Cdt Roland Champenier, libèrent Nevers le 12 Septembre 1944.
Le Colonel Inspecteur Général des FFI de la 1ère Armée Française décide le 23 Septembre (ou le 25 ?) la création d'un régiment qui sera le

      1er Régiment du Morvan
          commandé par le Lt-Colonel Sadoul (Chevrier dans la résistance)

 

Vu les effectifs disponibles ce régiment est à 4 bataillons de 500 hommes.

Composition :   3 bataillons FFI de l'Yonne (une partie des maquisards)
                             1 bataillon FTP de la Nièvre et du Cher
                             1 Compagnie hors rang.

1er Bataillon.... : maquis Breval et merry de la Puisaye
2ème Bataillon : Maquis des Isles Ménéfrier
4ème Bataillon : Maquis des Isles Ménéfrier
3ème bataillon : Maquis FTP de la Nièvre et des bords du Cher

1er Octobre 1944 - Le régiment se met en route pour rejoindre la 1ère Armée au NE de Dijon. Les moyens de transport sont disparates et il faut du temps pour faire les 120 Kms.
Du 1er au 10 - Instruction et on réforme les véhicules.
Pour faire 120 Kms il a fallu un ou deux jours.

10 Octobre : Mise à la disposition de la 1ère DMM du Général Brosset

19 Novembre : Le régiment est rassemblé sous le commandement du Colonel Chevriel-Sadoul et mis à la disposition du 3° DIA du Général Guillaume pour tenir le secteur du Ballon de Servance et la vallée de la Moselle.

Le 25 Décembre, Le Colonel Chevrier est blessé et évacué. Il est remplacé par le Colonel Dinfreville du 3ème RTA puis par le Commandant Girard de la 4ème DMM et enfin par le Commandant Montgaud des Tabords.

Le 4 Février 1945, le Régiment ne compte plus que 2 bataillons qui regroupent les 250 à 300 restants par bataillon.

Le 1er Mars, le Régiment est dissous à Mulhouse et en fusion avec le 1er Régiment de Franche-Comté, les FFI du Gard, des Officiers et Sous-Officiers des 1er et 6ème RTM créeront le 27 ème RI, incorporé à la 4ème Division Marocaine de Montagne en remplacement dy 1er RTA dissous.
Le 2ème RI franchit le Rhin, se bat en Forêt Noire, au lac de Constance et sera au Vorarlberg au moment de la Capitulation.

Le 3èle Bataillon est commandé par le Commandant Roland Champenier avec comme adjoint le Capitaine Léon Vasick.
Il est composé de trois compagnies aux ordres du Capitaine Max Thenon, du Lieutenant André Ragout (Vidoc), d'Albert Ciechanski , et d'une section d'acconpagnement et d'engins du Lieutenant Jean Vaireaux (1)
Des armes sont remises en état à la SNAC de Fourchambault : 1 canon automatique de 20mm, 1 canon AC de 37mm, plusieurs lance-roquettes AC et des mitrailleuses lourdes. Elles sont acheminées vers Dijon par ce bataillon


Le 11 Novembre 2009 :

HUET Georges, alors âgé de 18 ans, se rappelle d'une patrouille veers Neuf-Bois, où les hommes étaient sous les tirs allemands. Il a permis de situer de façon précise l'emplacement des positions ennemies et de transmettre les coordonnées aux artilleurs pour appliquer un tir de destruction. Le lendemain l'ennemi avait décroché.
Georges Huet a été décoré de la Croix de Guerre pour cette action.

PIAT Pierre Eugène a été blessé à St Amarin, rue du Herrenwald, par une balle dans la cuisse. Evacué dans les Vosges, guéri il a rejoint son unité dans le Vorarlberg, puis a été démobilidé à Riom.

Internet : L'Histoire du 1er Régiment du Morvan.

Bibliograhie :
(1) 3ème bataillon : Jean Vaireaux, président du groupe Cher et Nièvre de l'amicale des FTP. Article du livret du 50ème anniversaire de la libération de St Amarin (page 24)

(2) Souvenirs écrits par Pierre Escoffier parus dans le même livret pages 18 à 23

(3) Informations recueillies auprès de Fernand Luttenbacher ,présent au 65ème anniversaire de la Libération de Amarin le 11 Novembre 2009.

Selon F.Luttenbacher, il semblerait que la patrouille aurait été victime de la disparition rapide du brouillard et se serait trouvé à découvert en face des positions allemandes d'où le nombre de tués
===============================================================


Manifestations de l' Amicale des Anciens du 1er Régiment du Morvan

 

A l' occasion du 25ème anniversaire du jumelage de la ville d' AUXERRE avec celle de SAINT AMARIN, les anciens du 1er Régiment du Morvan se sont rendus en Alsace les 8 et 9 Septembre dernier, ce voyage était trés émouvant, car vu l' âge des participants ce devait être le dernier organisé collectivement.

Après un excellent voyage sous un ciel clément , les anciens se sont retrouvés au pied de la croix érigée en souvenir du Père Jean KLEIN, mort pour la France à cet endroit le 24 Novembre 1944. Le Haut du Rhem, Après dépôt de gerbes et moment de recueillement, le petit groupe se rendit dans divers hôtels de la région de St Amarin. Le dimanche 9 Septembre eurent lieu les cérémonies officielles débutant par un office religieux. Puis dépôt de gerbes au monument aux morts et à diverses stèles érigées en ville pour commémorer la libération de Saint Amarin par la 1ère Armée Française et en particulier par le 1er Régiment du Morvan.

Puis eut lieu à la Maison du Bailli, un vin d'honneur suivi du repas en commun avec des allocutions de Monsieur Charles Werhlen ,maire , des représentants des comités de jumelage des deux villes, et de Georges Roze, Président de l' Amicale du 1er Rgt du Morvan

Enfin ce fut le moment des adieux trés émouvants et le retour à Auxerre dans la nuit. Tout le monde était content et un peu fatigué du voyage.

Merci aux organisateurs pour cet excellent voyage réussi en tous points.

 

 Plaque

Folklore

 croix

======================================================================================================================




 
 
Créé avec Créer un site
Créer un site gratuitement