' RHIN et DANUBE ' - Anciens de la Première Armée Française du Département de l' Yonne

Préfecture de l' Yonne n° 3549

Activités de l' Amicale du 1er RVY

Le dimanche 6 Novembre 2011 a eu lieu à Joigny(89) devant la Mairie à la plaque du 1er RVY, la cérémonie annuelle de commémoration du départ du 1er Régiment des Volontaires de l'Yonne pour le front en 1944.
 
Devant les rescapés de cette  épopée, en présence de Monsieur Bernard MORAINE, maire de Joigny, de Monsieur Antoine FABIAN, maire de Roderen, de Monsieur Jean Luc BARBERON, maire de Guewenheim, de Monsieur Claude WELKLEN, maire honoraire de Leimbach ,du porte drapeau alsacien Monsieur Marcel KAEMMERLEN et du Lieutenant Colonel LOUOT, Délégué Militaire Départemental.

Puis ce fuit le moment des allocutions de Monsieur Jean CADART, vice président de l'Union des Amicales Jean marie et du 1er Régiment des Volontaires de l'Yonne, de Monsieur Bernard MORAINE, maire de Joigny et de Monsieur Antoine FABIAN, maire de Roderen.
Après un dépôt de gerbes par les autorités et une minute de silence, la Marceillaise fut jouée par la fanfare de Paroy-sur-Tholon, termin,e par la Chant des Partisans.

Puis tous les participants se joignirent au défilé emmené par la fanfare de Paroy et de nombreux drapeaux des Associations, jusque dans la cour de la mairie où la fanfare de Paroy offrit une aubade avec de nombreux morceaux de son répertoire.

Les participants furent invités  à pénétrer dans les salons de l'Hôtel de ville pour un vin d'honneur offert par la municipalité de Joigny.

Le tout se termina par un repas en commun où la soixantaine de convives purent déguster l'excellent menu de monsieur Alain Camu.

Dans les discours de fin de repas, il fut décidé de se rencontrere en Alsace au mois de Mai, pour célébrer l'anniversaire des durs combats de 1944.

Merci aux organisateurs pour cette belle journée de retrouvailles entre amis et à l'année prochaine, peurt-être?
 

                        A.D.
****************************************************************

RVY

Le 1er Régiment des Volontaires

de l' Yonne (1er R.V.Y.)

Le 15 Septembre 1944, le département de l' Yonne étant libéré, le Réseau 'Jean-Marie Bückmaster ' rassemble les résistants dans les casernes de Joigny, afin de pousuivre le combat dans les rangs de la 1ère Armée Française du général de Lattre . Ainsi avec les divers éléments des groupes Henri, Bourgogne, Bayard, Chevreuil et d'autres venus d'ailleurs (Normandie, Jura, etc...) accompagnés de volontaires , se constitue la 4ème Demi-brigade.

Au mois d' Octobre tous signent un engagement volontaire pour la durée de la guerre dans la nouvelle unité qui vient de se former à partir de la IVème demi-brigade:le 1er Régiment des Volontaires de l' Yonne(FFI).

Cette formation placée sous les ordres du commandant J.ADAM est forte d'environ 2.000 volontaires répartis en 3 bataillons ,le 1er du Cdt Charpy, le 2ème du Cdt Pailleret, le 3ème du Cdt Perreault . Structurés, équipés, entraînés,; ils défilent en bon ordre le 16 Octobre 1944 devant la population jovinienne et le colonel délégué par le Général Chouteau, pour les inspecter.

Le 7 Novembre 1944 au petit jour sous la pluie , le 1er RVY embarque dans une colonne de camions qui roule vers son destin en quittant Joigny. Au lieu du camp militaire  prévu pour son entraînement au Valdahon, les nécessités de l' heure : extension du front, rapatriement des troupes d' Afrique noire éporouvée par le froid , imposait  une montée en ligne du 1er RVY immédiate. 

Les 8 et 9 Novembre cantonné en Haute-Saône dans le secteur de Montjustin , Seinargent, le 1er RVY patauge dand la boue et perçoit casques, capotes, promis et indispensables.

Le 10 Novembre le 1er RVY au complet, part en camion jusqu'à Lure , puis à pied, il reléve en pleine nuit des Spahis , tirailleurs étirés face aux allemands à Rondchamp, Clairegoutte, Frédéricfontaine.

Du 11 au 20 Novembre aux côtés des éléments de la glorieuse D.I.M. ( Cassino- Italie) du général Carpentier, c'est le terrible apprentissage de la guerre. Terrés dans les P.A. (points d'appui ) de maisons fortifiées sommairement , derrière un mur de cimetière. ; il faut de jour , de nuit, afftonter les reconnaissances , les tirs de mortiers , d'artillerie, de mitrailleuses ennemis , patrouiller dans les champs de mines. Ce sont les premiers tués : Matigno, Lisakowsky, les premiers blessés.

Le 21 Novembre : alors que Belfort et Mulhouse viennent d'être repris après une préparation d' artillerie qui illuminait à 12 kms, le 1er RVY quitte ses positions et attaque en direction de Belverne ( une automitrailleuse qui ouvrait la marche saute sur une mine, totalement retournée, elle brûle aussitôt , tous ses occupants sont tués).

Du 22 au 25 Novembre :  le 1er RVY tient ses positions de Belverne,Magny d' Anigon, Fesches le Châtel , Allenjoie, Bretagne, etc...

Le 26 Novembre alors que le bataillon patrouille de Novillars à Montreux , le 3ème bataillon part en camion pour Sochaux-Montbéliard où il cantonne dans les usines Peugeot.

Du 27 au au 28 Novembre le 1er RVY nettoie le secteur de Bourogne Montreux, libérant les villages de Bréchaumont, Chavanne et Foussemagne.

Le 29 Novembre suivant le repli allemand par une marche éprouvante de 25 kms, le 1er RVY qui fait corps avec le 5ème RTM (2ème DIM) entre en Alsace à Traubach-le-Haut et Traubach-le-Bas (dont la plaque porte encore le nom allemand de "Niedertraubach"). Après y avoir cantonné les 29 et 30 , il regagne Belfort à pied (25 kms) le 1er Décembre 1944, le 2 Décembre il complète ses équipements (d'hiver) à la caserne 'Friedrich'.

Le 3 Décembre , bien qu'au repos , dans l' après midi , officiers et estafettes battent le rappel d'urgence du 1er RVY dans les rues, cafés, bains-douches de Belfort pour une montée en ligne immédiate. Après la ruée des camions qui ronflent dans la cour de la caserne, le 1er RVY repart avec quelque inquiétude vers l'inconnu. Débarqué à Soppe-le-Bas (Ht Rhin), c'est encore la marche jusqu'à Sentheim où il abandonne ses sacs lourds en vue du combat proche. Les ponts sur la Doller ont été détruits par l'ennemi notamment à Guewenheim. Les compagnies des 1er et 3ème bataillon gagnent par une marche harassante à travers champs puis une prairie inondée et une colline boueuse (4 kms) leurs positions autour du carrefour de Michelbach. A la nuit tombante, ils s'installent dans des trous, tranchées que l' ennemi  a abandonné en plein bois.

4-5-6 Décembre : la pluie glaciale, incessante ruisselle des fossés, noie les tranchées et trous où grelotte le 1er RVY, harcelé par des tirs de mortiers.

Nuit du 6 au 7 une patrouille ennemie détruit 2 de nos canons de 57 antichar, capture 4 des nôtres (un parvient à s' échapper et ragagner nos lignes : Chapotin).

7 décembre  après une préparation d' artillerie à l'aube , le 1er RVY soutenu par un char Sherman passe à l'attaque. Après une progression de 1 km, notre attaque est repoussée, le Cdt Charpy est tué, les cdts Adam, Perreault, blessés. La bataille fait rage , indécise avec des pertes; tués et blessés. Vers 15 heures, un groupe qui s'est porté volontaire repart à l'attaque emmené par le capitaine Brandière et l' aspirant Vauthier ( pour détruire le char  et la mitrailleuse lourde , éléments essentiels de la défense allemande). Après avoir progressé jusque dans Mittelbach , en enlevant sa première défense (la ferme St Loup), c'est l' échec (grouoes Vauthier et Berton décimés). Puis le repli, le maintien sur les positions de départ. Lourd bilan d'une vingtaine de tués et de 80 blessés.

Le 8 Décembre le 1er RVY trés éprouvé est relevé par le 5ème RTM et resdescend à Guewenheim où il est mis au repos.

Le 13 à Minuit 1/2 : Le 1er RVY part pour Roderen ( en traversant la Doller en crue sur un pont rudimentaire , l'un des soldats  s'y noie) et Lembach (Ht Rhin)

Le 20 décembre départ à pied puis en camion pour Béthonvilliers ( Territoire de Belfort).

Le 27 Décembre, le 1er RVY fait mouvement sur la vallée de la Thür, où en position à Birchwiller et Villiers-sur-Thür, il assure patrouilles et tours de garde sur des pitons enneigés dominants la vallée. Les accrochages, les harcélements de mortiers, de tirs d'artillerie y sont incessants. Il en est de même au tunnel de la voie ferrée et cela jusqu' au 16 Janvier 1945

Le 17 Janvier 1945 : départ du 1er RVY de Villiers-sur-Thür à 4 heures du matin pour le col de Hundsruch et Anjoutey puis le 18 pour Bretten.

Les 18 et 19 Janvier : en position dans les secteurs de Ballemagny et de Aspach-le-Pont , Moulin d' Aspach, sous de violents tirs d' artillerie, il y a plusieurs tués et blessés: l'attaque doit commencer sur Cernay le samedi 20 à 7 h 15.

Le 20 Janvier : après une préparation d'artillerie de 40 minutes à l'heure prévue , le 5ème RTM et le 1er RVY s' élancent depuis Schweighouse sur la forêt de Nonnenbrück. Jusqu'au 27 Janvier sur un terrain couvert de 40 cms de neige, infesté de mines, attaques et contre attaques se succédent dans un combat acharné par -15,-20 degrès au dessous de zéro.

Le lundi 29 Janvier : le 1er RVY épuisé, est relevé , puis au repos à Bessoncourt. Là va s'achever sa qualité et son rôle de régiment volontaire FFI, faisant de son mieux avec des équipements et armements notoirement insuffisants.

Le 1er Février 1945 : Le 1er RVY a l'honneur d'être choisi pour reformer le 35ème Régiment d' Infanterie, régiment d'illustre tradition (division des AS de 14/18) commandé alors par le colonel Manhés puis le 1er Mars 1945 par le colonel Couhé. Le 35ème RI incorporé à la 14ème division (14ème DI) du général de Lattre en 1939-1940 dont la devise est " Ne pas subir".

Après avoir été réquipés, instruits à l' école de cadres de Rouffach , envoyés en permission les éléments de l' ex 1er RVY devenus IIIème bataillon du 35ème RI sont passé en revue le 21 Mars 1945. par le Général ???.

Le 22 Mars ils sont en position dans les secteurs de Neuf-Brisach (fort Mortier), Biesheim, Oneheim, Schoenau, Muttersholtz, Rastatt (en ruines), Neuenbourg, Calmbach; Schwenningen, Villigen, Bonndorf, autant d' étapes atteintes à pied ou en camion jusqu'à l'arrivée à Stülingen le 6 Mai 1945 en Forêt Noire.

Le 8 Mai 1945 , les Alliés dont le Général de Lattre reçoivent la capitulation nazie à Berlin.

Le 3ème bataillon du 35ème RI reste cantonné en occupation dans le secteur Waldshut-Stülingen jusqu'à la démobilisation en Novembre/Décembre 1945


 

Historique du 1er R.V.Y. par G.Husquin

En 1940 Henri FRAGER , architecte , se refuse à admettre la défaite et dès 1941 , crée un mouvement de résistance qui deviendra la Réseau Jean Marie Buckmaster.
Ce réseau couvrira 16 départements dont l' Yonne, la Côte d' Or, la Normandie, la région parisienne, le Jura , le Sud-est, etc....
Dans l' Yonne ,le groupe jovinien " Bayard " sous les ordres du commandant Herbin est rattaché à ce réseau ainsi que le groupe Kléber de Sens, la Compagnie Chevreuil, la Groupe Jean Bart de Courtenay. Ils participent à de nombreuses actions (parachutages, sabotages de voies de chemin de fer et du matériel (18 locomotives sabotées à Laroche, ainsi que les ateliers), attaques de convois).

 En Côte d' Or, les groupes du Commandant BAUDE sèment la panique dans les convois allemands rivalisant d'ardeur avec le maquis Henri Bourgogne dont le chef, Henri CAMP, tombe au champ d'honneur le 3 Août 1944.


Henri FRAGER a été arrêté le 2 Juillet 1944 à Paris. Déporté , il sera fusillé à Buchenwald le 5 Octobre 1944 . Le Commandant Jacques ADAM, chef adjoint du réseau, lui succède :
Dès la libération de notre région, un certain nombre de membres du réseau ainsi que de nombreux jeunes s ' engagent pour la durée de la guerre. :
- considérant qu'une partie de notre pays demeure sous le joug allemand : notamment en Alsace : n' oublions pas que Colmar ne sera libéré qu'en Février 1945 et que sur la côte atlantique des poches de résistance allemande (Royan, par exemple), ne tomberont qu' en Mai 1945.
considérant également que sont toujours prisonniers en Allemagne des centaines de milliers de Français ( prisonniers de guerre de 1940,déportés (dont nous connaîtrons plus tard les affreuses conditions de détention), déportés du travail. ...


Ils constituent la 4ème 1/2 brigade de l'Yonne qui se met à la disposition de Général PATTON, commandant la Sème armée américaine. Un mission lui est confiée sur les bords de la Loire et en Côte d' Or.
L' unité se regroupe à Joigny pour parfaire son instruction et son équipement. Elle devient Le 1er Régiment des Volontaires de I' Yonne sous le commandement de Jacques ADAM.
Le 7 Novembre 1944 , le 1er RVY quitte Joigny pour rejoindre la 1ère Armée Française du Général de LATTRE de TASSIGNY.
Il faut noter que le département de l' Yonne , compte tenu de sa population, est l'un des départements métropolitains qui a
fourni le plus grande nombre de volontaires à la 1ère Armée , environ 3.000.
En plus de ceux qui avaient rejoint l ' Afrique du Nord en passant souvent par P Espagne, il y eut, entre autres , le
1er Régiment du Morvan, le 1er Régiment des Volontaires de l' Yonne, le Compagnie Ferry de Sens qui fut incorporée au
2ème bataillon de Choc, et d'autres groupes (comme Villeneuve-sur-Yonne , au 19ème Bataillon de Chasseurs Portés) qui
s' engagèrent dans d'autres unités.

Les pertes furent très importantes : .                   

Au titre de la Résistance : 275 Déportés , dont 112 ne reviendront pas.
209 Tués et fusillés
185 blessés.
Au titre du ler R.V. Y. :    68 tués
221 blessés.

L' Union des Amicales Jean Marie et du 1er R.V.Y. a été créée, dès la fin des hostilités , sous l' impulsion du colonel Jacques ADAM pour maintenir le souvenir des sacrifices consentis pour l' Honneur et la Liberté de notre Patrie.
L' action du Réseau et du 1er R.V.Y. est synthétisée par :
o         Une plaque commémorative sur la façade de l' Hôtel de Ville de Joigny.
o         Un monument érigé en Alsace au carrefour des routes de Michelbach, Roderen et Guewenheim sur lequel sont inscrits les morts du régiment.

Deux manifestations réunissent chaque année les anciens :
o         A Joigny, le premier dimanche de Novembre , pour commémorer le départ du Régiment.
o         En Mai, en Alsace , au pied du monument. Cette cérémonie est organisée par le Comité Alsacien pour le souvenir du 1er RVY ( constitué par les Maires des 6 communes à la libération desquelles le régiment a participé).


 


Monument RVY


 




 
 
Créé avec Créer un site
Créer un site gratuitement